Vincent Van Gogh, l’éternel sous l’éphémère

« Dans L’Eternel sous l’éphémère, [Stéphane Lambert] nous parle de Van Gogh, rien de moins. Comme toujours avec lui, il ne nous raconte pas le peintre mais il le devient et il nous entraîne avec lui, et c’est encore une belle réussite ! »

(coup de coeur de Déborah Danblon dans La Librairie Francophone / France Inter)

« Dans une quête spirituelle éperdue traversée par la lumière de l’art, l’écrivain suit le fil des œuvres et des lettres laissées par le peintre au gré de son douloureux itinéraire. En résulte un portrait intime d’une humanité terrible. À lire d’une traite… »

(Florelle Guillaume, BeauxArts)

« Une suite d’analyse subtiles… un récit qui se concentre sur des moments où tout semble en vibra­tion vers l’inconnu. » « Une évocation surprenante et réussie. »

(Jean-Paul Gavard-Perret, Le Littéraire ; Le Salon littéraire)