Teymour, une autre forme d’existence

Un podcast original (2019), une Expérience signée Stéphane Lambert, réalisée par Annabelle Brouard.


A l’occasion d’un déjeuner chez des amis communs, l’écrivain Stéphane Lambert fait la connaissance de Teymour, poète philosophe de 18 ans. Tout de suite, l’aîné est frappé par la singularité et le parcours atypique du cadet. En décalage complet avec l’idée que l’on se fait de la génération Millénium, Teymour lui renvoie l’image de ses propres débuts cahotants dans la vie, de ses aspirations et de ses angoisses au sortir de l’enfance. L’envie s’impose aussitôt de donner à cette rencontre, qui lui fait prendre la mesure du chemin parcouru, un prolongement dans un travail partagé, en forme d’exercice de transmission.

Un an plus tard, ils réalisent ce projet en se rendant ensemble en Normandie dans la maison familiale où Teymour a passé une partie de sa jeunesse. A travers différents lieux de cette campagne de bord de mer, qui ont nourri son imaginaire, le jeune homme raconte l’histoire de ses perceptions. D’une maladie héréditaire qui a fragilisé ses premières années à sa déscolarisation à 16 ans, il confie combien la découverte de la lecture à 7 ans a été pour lui source d’une exploration intense de l’existence. Peu à peu, au fil des échanges, apparaît un autre aspect de la personnalité de Teymour : celui d’un esprit précoce à la vive sensibilité, en attente d’un lien renouvelé avec les autres, rapprochant le geste poétique de celui de l’amour.

Sans chercher à tracer le portrait figé de Teymour, le documentaire capte des moments d’une fin d’adolescence en train d’éclore, saisit le lien fraternel se tissant entre deux générations et, dans un monde privilégiant l’uniformité, entrouvre la porte d’une autre forme d’existence.

Générique

Lectures : les textes lus par Stéphane Lambert sont extraits de sa Lettre à un jeune poète (inédit, 2019) ; les textes lus par Teymour sont extraits de ses propres carnets et recueils de poésie, à l’exception de :

  • Ich / Je, poème d’Ingerborg Bacheman, repris dans l’anthologie française de l’auteur Toute personne qui tombe a des ailes (Poèmes 1942-1967), traduction de Françoise Rétif, Poésie/Gallimard, 2015
  • Le livre des tables de Victor Hugo

Musique : Colin Stetson

Chanson : Ta parole de Léo Ferré

Prise de son : Eric Boisset

Mixage :  Philippe Mercher

Réalisation : Annabelle Brouard

Illustration :  Anaïs Balu Emane