Accueil

En 2019, Stéphane Lambert propose un cycle de rencontres sur le thème « écrire l’art » en partenariat avec la librairie Les Traversées (Paris 5e) dans le cadre des résidences d’écrivains de la Région Ile-de-France.
Programme complet (provisoire).

Stéphane Lambert est l’une des « figures contemporaines majeures de la liaison de l’œuvre à l’image ».
Johan Faerber, DIACRITIK

« Stéphane Lambert figure assurément au premier rang de nos écrivains. »
Jacques Franck, LA LIBRE BELGIQUE

« Stéphane Lambert s’est imposé comme un des auteurs les plus remarquables et les plus exigeants de sa génération. De livre en livre, il a construit une œuvre qui mélange, à la manière du poème, discours, espaces et temporalités. »
LE CARNET ET LES INSTANTS
(revue des Lettres belges)

Le désir, le corps, la mort, l’identité, le chaos du monde contemporain, sont les thèmes majeurs qui traversent les textes de Stéphane Lambert, habités par une sensibilité douloureuse.

Une mélancolie, parfois empreinte d’ironie, traverse en filigrane ses fictions et ses récits autobiographiques. La rigueur et la précision d’observation, ainsi que le devoir d’authenticité, ont pour objectif, dans son travail d’écriture, de faire entrer en résonance sa propre expérience intérieure avec celle d’autres vécus.

L’art occupe également une place centrale dans son univers. La compréhension du processus de création et la description de l’impact des œuvres d’art forment une matière intime qui permet d’approcher au plus près le sentiment trouble d’être au monde.

« Du remarquable Adieu au paysage à Fraternelle mélancolie en passant par Avant Godot, Stéphane Lambert dessine une zone neuve de l’apparaître au Visible et au Dicible. Convoquant Monet, Rothko ou encore Caspar David Friedrich, Lambert fait de sa phrase le creuset sombre d’une création active où écrire et voir se mêle dans une phénoménologie de l’apparaître à la toile, à la phrase et à l’œil. L’image, dans son surgissement, disperse l’éclatement générique de ce qui relèverait de la biographie ou de l’essai pour faire de la pensée une ligne neuve capable de dire la création. » (Johan Faerber, Diacritik)

Ses livres sur la création inventent une autre manière d’évoquer une œuvre et son créateur, mélangeant biographie et fiction, enquête et imagination.

Les voyages de l’auteur, ses lectures et ses autres activités ne cessent de nourrir son écriture.