Tous les articles par webdesigner

18.06.20 / Être moi, toujours plus fort / nouveau livre

Ostende, début XXe. Un jeune peintre mélancolique, Léon Spilliaert, scrute la mer à travers l’obscurité. Il porte un nom flamand ; admire son compatriote Ensor ; est hanté par la géométrie instable de sa ville natale et par la vie secrète des apparences et des ombres.

Un siècle plus tard, Stéphane Lambert revient sur ses terres, et entreprend à son tour ce même voyage géographique où les pensées se confondent à l’univers trouble du peintre. Car l’art est toujours un miroir poreux.

Stéphane Lambert, par la grâce de ses intuitions et de son regard, saisit la quintessence du pouvoir hypnotique de l’œuvre de Spilliaert.

Arléa-Poche n° 256
texte inédit
128 pages – 10 €
ISBN : 9782363082237

01.02.2020 / Affaire Matzneff

Suite à la parution du livre Le Consentement de Vanessa Springora, Stéphane Lambert, auteur de Charlot aime Monsieur et de Mon corps mis à nu, où il revient sur sa propre expérience avec un pédocriminel à l’âge de 10 ans, est intervenu dans l’affaire Matzneff.

Le samedi 1er février 2020, il a dialogué avec Vanessa Springora dans l’émission radiophonique Dans quel monde on vit ? de Pascal Claude sur la Première/RTBF.

Le même jour, il a publié une tribune intitulée Ceci n’est pas un lynchage dans La Libre Belgique.

A cette occasion, le magazine Quinzaines (Nouvelle Quinzaine littéraire) lui a consacré un portrait dans son numéro du 1er avril 2020 :

« Stéphane Lambert ne livre pas un témoignage […] Il explore davantage la narration du corps, la perte du désir, dans une écriture lyrique et poétique […] Stéphane Lambert explore sa relation au corps et au désir avec patience, se détournant de la violence de l’expérience pour montrer toute la complexité et la fragilité de la vie sexuelle. Ce n’est pas une écriture de la frustration, ni un déballage outrancier […], mais une approche sensible et fine, une mise à nu du corps et de l’âme. […] Stéphane Lambert donne à penser qu’on peut faire de ce tabou une oeuvre littéraire inédite. » Valérie Rossignol

L’Exprérience / France Culture

Teymour, une autre forme d’existence

Teymour, jeune poète philosophe de 18 ans, est en décalage avec sa génération. Quand l’écrivain Stéphane Lambert fait sa connaissance, il est saisi par cet être étonnant et anachronique, dont l’histoire singulière le renvoie à la sienne propre… Leurs sensibilités tissent une relation entre les âges, au seuil d’une vie de jeune adulte.

Un podcast original, une Expérience signée Stéphane Lambert, réalisée par Annabelle Brouard.

A l’occasion d’un déjeuner chez des amis communs, l’écrivain Stéphane Lambert fait la connaissance de Teymour, poète philosophe de 18 ans. Tout de suite, l’aîné est frappé par la singularité et le parcours atypique du cadet. En décalage complet avec l’idée que l’on se fait de la génération Millénium, Teymour lui renvoie l’image de ses propres débuts cahotants dans la vie, de ses aspirations et de ses angoisses au sortir de l’enfance. L’envie s’impose aussitôt de donner à cette rencontre, qui lui fait prendre la mesure du chemin parcouru, un prolongement dans un travail partagé, en forme d’exercice de transmission.

Un an plus tard, ils réalisent ce projet en se rendant ensemble en Normandie dans la maison familiale où Teymour a passé une partie de sa jeunesse. A travers différents lieux de cette campagne de bord de mer, qui ont nourri son imaginaire, le jeune homme raconte l’histoire de ses perceptions. D’une maladie héréditaire qui a fragilisé ses premières années à sa déscolarisation à 16 ans, il confie combien la découverte de la lecture à 7 ans a été pour lui source d’une exploration intense de l’existence. Peu à peu, au fil des échanges, apparaît un autre aspect de la personnalité de Teymour : celui d’un esprit précoce à la vive sensibilité, en attente d’un lien renouvelé avec les autres, rapprochant le geste poétique de celui de l’amour.

Sans chercher à tracer le portrait figé de Teymour, le documentaire capte des moments d’une fin d’adolescence en train d’éclore, saisit le lien fraternel se tissant entre deux générations et, dans un monde privilégiant l’uniformité, entrouvre la porte d’une autre forme d’existence.

Générique

Lectures : les textes lus par Stéphane Lambert sont extraits de sa Lettre à un jeune poète (inédit, 2019) ; les textes lus par Teymour sont extraits de ses propres carnets et recueils de poésie, à l’exception de :

  • Ich / Je, poème d’Ingerborg Bacheman, repris dans l’anthologie française de l’auteur Toute personne qui tombe a des ailes (Poèmes 1942-1967), traduction de Françoise Rétif, Poésie/Gallimard, 2015
  • Le livre des tables de Victor Hugo

Musique : Colin Stetson

Chanson : Ta parole de Léo Ferré

Prise de son : Eric Boisset

Mixage :  Philippe Mercher

Réalisation : Annabelle Brouard

L’Expérience de France Culture et les Beaux-Arts de Paris

Pour chaque numéro de L’Expérience, un.e étudiant.e des ateliers des Beaux-Arts de Paris propose une illustration inédite. Inspiré.e par l’écoute, il ou elle réalise un dessin qui complète le geste de l’auteur du documentaire de création.

Cette illustration est signée Anaïs Balu Emane, étudiante de l’atelier de Guillaume Paris et Hélène Delprat aux Beaux-Arts de Paris.

Prix André Malraux 2019

Stéphane Lambert a obtenu le prix André Malraux 2019 dans la catégorie « essai sur l’art » pour son livre Visions de Goya. L’éclat dans le désastre (Arléa).

« De par sa réflexion originale sur Goya, Stéphane Lambert nous transporte à travers une œuvre professant la vitalité inébranlable de la création face à la menace du chaos. Par ses différents parallèles, cette réflexion singulière fait écho à Saturne. Le destin, l’art et Goya, d’André Malraux. »

Membres du jury : Alexandre Duval-Stalla (président), Cécile Guilbert, Céline Malraux, Diana Picasso,  Adrien Goetz, Matthieu Garrigou-Lagrange, MamadouMahmoud N’Dongo et Mathieu Simonet.

14.12.19 – François Muir (Bruxelles)

Attendre le passage. Wachten op doortocht. François Muir (1955-1997)

rencontre / littérature

14/12/2019
À la Maison CFC, à 12h
PAF : 5 €

Avec Bart Vonck, traducteur et poète, Stéphane Lambert, écrivain et Pierre-Yves Soucy, poète et éditeur.

Le poète belge François Muir est l’auteur d’une œuvre intense et mystérieuse, encore méconnue. Il était également dessinateur et peintre. Attendre le passage est une anthologie bilingue (français-néerlandais) traduite par Bart Vonck.
Édité avec un soin particulier, ce livre est abondamment illustré d’oeuvres à l’encre de Chine et au pastel.

La sortie de cet ouvrage est une excellente occasion de revenir sur l’aventure artistique de cet « athlète du  cœur » auquel Stéphane Lambert a consacré son livre Le jardin, le séisme.

Librairie Maison CFC
Place des Martyrs 14
B-1000 Bruxelles

T. +32 2 227 34 00
librairie@maisoncfc.be

07.12.19 – librairie Zadig (Berlin)

« Lisez-vous le belge ? »

une lecture en miroir de Nathalie Skowronek et Stéphane Lambert

le samedi 7 décembre 2019 à 19 h à la librairie Zadig
(sur réservation)

autour de leurs deux livres parus aux éditions Arléa

Visions de Goya, l’éclat dans le désastre
de Stéphane Lambert
(2019 – Prix André Malraux 2019)

&

Max, en apparence
de Nathalie Skowronek
(2013)

ZADIG
Französische Buchhandlung – Librairie française
Gipsstraße 12, 10119 Berlin-Mitte

Entrée : 4 €/tarif réduit 3 €

t. +49 (0)30. 280 999 05
info@zadigbuchhandlung.de

Logo WBI